THE INTERNATIONAL CONFEDERATION OF ELECTROACOUSTIC MUISC / ICEM

The International Confederation of Electroacoustic Music (ICEM) was founded in 1981 in Bourges, France, at the initiative of Christian Clozier. In 1974, Clozier had founded the Journées d’Étude Internationale des Musiques Expérimentales (JEIME), bringing together composers from all over the world during the second week of the International Festival of Experimental Music of Bourges. These meetings, where discussions about various aspects of electroacoustic music took place, provided an important forum for reflecting on social, aesthetic, technical, and economic issues.

At about the same time as the JEIME, another institution was begun in order to develop the diffusion of electroacoustic music in various countries, in some sense the opposite of the Festival where many works were played in one place. It was called the International Circuit of Electroacoustic Music ICEM and sent on tour concert programs proposed by the initial member countries: Belgium, Canada, France, Hungary, Sweden, USA, and Yugoslavia.

Christian Clozier wished to capitalize on the success and enthusiasm generated by the Circuit and, at the same time, to encourage the creative activities of individual studios by founding the International Confederation of Electroacoustic Music during the Festival of 1981. The policies of diffusion and collegiality practiced in the Circuit were transferred to the new Confederation. The founding members were J. Appleton, F. Barrière, G. Bennett, L.-G. Bodin, P. Boeswillwald, C. Clozier, H. Davies, L. Goethals, S. Hanson, D. Keane, P. Ménard, Z. Pongracz and B. Truax.

In 1975, Christian Clozier and the French Council of Music began discussing the possibility of having a new member organization of the International Music Council (IMC) of UNESCO that would represent electroacoustic music. At the time, the only organization in the IMC concerned with contemporary music was the International Society for Contemporary Music (ISCM), which focused on defending its monopoly position in the IMC rather than supporting electroacoustic music. However, a new president of the ISCM, Siegfried Palm, assisted by Sten Hanson, soon became convinced of the possibility of positive synergies between the ICEM and the ISCM and withdrew his veto to the Confederation’s membership. And so in 1983 the ICEM was elected the 18th Member Organization of the International Music Council IMC-UNESCO at the ICM’s General Assembly in Stockholm.

Since 1947, the IMC has organized an International Composers’ Rostrum, which systematically overlooked electroacoustic music until 1984. After discussions between Christian Clozier and Guy Huot, Secretary-General of the IMC, the International Confederation created the International Rostrum of Electroacoustic Music that it co-produced and co-presided with IMC. From 1984, the Rostrum took place biannually with a jury of radio producers, thus assuring the winners a strong international radio presence. The last Rostrum took place in 2007, after which the IMC withdrew its financial support.

Today, the ICEM consists of the national federations in 14 countries: Argentina, Belgium, Chile, China, Cuba, Finland, Great Britain, Greece, Mexico, Poland, Portugal, Spain, Switzerland, and the Ukraine; and of member organizations (OIM) in 9 countries: CEMI-University of North Texas (USA), CMMAS at Morelia (Mexico), CEAMMC – The Centre for Electroacoustic Music of the Tchaikovsky Conservatory Moscow (Russia), GrupLac Investigacion y Creation in Bogota (Columbia), Hungarian Computer Music Foundation (HCMF) in Budapest (Hungary), ICST – The Institute for Computer Music and Sound Technology of the Zurich University of the Arts (Switzerland), The Mnémothèque Internationale de Musique Électroacoustique MISAME in Bourges (France), The Orquestra del Caos of the Barcelona Cultural Center (Spain) and Spectro Center for New Music in Tehran (Iran).

The objective of the Confederation is to promote electroacoustic music internationally:

– by providing opportunities for the creation of new works;

– by encouraging production, creation, and research, the diffusion of pieces, pedagogy, contact between professionals (composers, researchers, performers, teachers), and the dissemination and communication of knowledge and electroacoustic techniques;

– by organizing collaborations among national bodies and international organizations with regard to the above-mentioned objectives.

It will promote this aim by all means at its disposal, through the free movement of ideas and people, with respect for the equality of the rights of composers and the right of free expression of their national cultures.

The national federations develop their programs of activities independently. They participate, within the framework of the ICEM, in the programs of activities defined in common by all the members of the Confederation and contribute, by their specificity and their qualities, to the international development of electroacoustic music.

ICEM participates as an International Organization Member in the activities of the IMC-UNESCO and more widely in the actions of UNESCO, as the councilor and the only representative for electroacoustic music, independently of its techniques of realization and expression. In this way, the ICEM is the representative International Organization of various currents and sensibilities in electroacoustic music.

Throughout the year, the federations and organizations plan exchanges of concerts. During the General Assembly, the Confederation and the host federation organize an appropriate program of concerts and other events. Further activities involve encouraging the members to write histories and presentations of electroacoustic music in their own countries, and publishing representative CDs.

ICEM, as a moral and professional authority, constitutes a professional group of influence in the service of international solidarity, exchange, and the free movement of people and ideas, and seeks to serve as a source of ideas, analyses, and propositions. Thanks to the diversity and geographic distribution of its members, ICEM manifests the historic reality and the dynamic development of this particular mode of thought, composition, communication, and musical interpretation.

website: www.cime-icem.net

email: cime.icem@gmail.com

 

LA CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DE MUSIQUE ÉLECTROACOUSTIQUE / CIME

 La Confédération a pour but de promouvoir à l’échelle internationale tous les aspects de la musique électroacoustique:

– en favorisant la production, la création et la recherche, la diffusion des œuvres, la pédagogie, la rencontre des professionnels (compositeurs, chercheurs, interprètes, enseignants), la circulation et la communication des connaissances et des techniques électroacoustiques.

– en organisant la concertation avec les organes nationaux, les organisations internationales, les différents secteurs professionnels.

Elle entend et affirme cette action à travers la libre circulation des idées et des hommes, le respect et l’égalité des droits des compositeurs, la libre et souveraine expression de leur culture nationale.

Elle regroupe à l’heure actuelle les Fédérations Nationales de 14 pays : Argentine, Belgique, Chili, Chine, Cuba, Espagne, Finlande, Grande Bretagne, Grèce, Mexique, Pologne, Portugal, Suisse, Ukraine, et des Organisations Membres (OIM) de 9 pays : CEMI-University of North Texas (USA), CMMAS Morelia (Mexique), Intitute of Computer Music and Sound Technology/ICST de Zurich (Suisse), GrupLac Investigacion y Creacion (Colombie), Hungarian Computer Music Foundation/HCMF (Hongrie), Mnémothèque Internationale des Sciences et Arts en Musique Electroacoustique/MISAME (France), Orchestra Del Caos-Centre Culturel de Barcelone (Espagne), CEAMMC – Conservatoire Tchaïkowski de Moscou (Russie), Spectro Center for New Music in Tehran (Iran).

Les Fédérations développent en toute indépendance nationale leurs programmes d’activités propres. Elles participent dans le cadre de la C.I.M.E. aux programmes d’activités définis solidairement lors de l’Assemblée Générale annuelle par l’ensemble des Membres de la Confédération et nourrissent de leur spécificité et de leur qualité la circulation multipolaire internationale. La C.I.M.E., en tant qu’ OIM “Organisation Internationale Membre“, participe comme conseil et comme représentant unique pour la musique électroacoustique – qu’elles qu’en soient ses techniques de réalisation et d’expression, à l’AG et aux travaux du CIM – UNESCO et plus largement aux actions de l’UNESCO.

Durant l’année, les Fédérations et Organisations programment des échanges de concerts.  Lors de son Assemblée Générale, la Confédération et la Fédération hôte organisent des manifestations. Les autres activités portent sur la rédaction par les Membres d’un Historique de la création électroacoustique dans leur propre pays et sur l’édition épisodique de CD.

L’autorité morale et professionnelle de la CIME lui assure ses missions  en tant que:

• organisation d’influence professionnelle au service de la solidarité internationale, des

échanges et des circulations des hommes et des idées et

• groupe de réflexions, d’analyses et de propositions.

La C.I.M.E., par la diversité et la géographie de ses membres, manifeste la réalité historique et la dynamique de développement de ce mode pluriel et affiné de pensée, de composition, de communication, et d’interprétation musicales.

Elle est ainsi l’Organisation Internationale représentative des différents courants et sensibilités de la Musique Electroacoustique depuis 1981.

Son site est : http://www.cime-icem.net

Son histoire et son contexte :

La C.I.M.E. a été fondée en 1981.

Avant cette date, en 1974 Christian Clozier créa au GMEB de Bourges les JEIME, “Journées d’Etude Internationale des Musiques Expérimentales“ éditées par la revue “Faire“. Ces Journées rassemblaient chaque année durant le second week-end du “Festival International de Musique Expérimentale de Bourges“, une douzaine de compositeurs venus de différents lieux dans le monde. Ces réunions, où les discussions poursuivies portaient sur les divers champs de la musique électroacoustique, constituaient un lieu de débat dynamique pour l’examen de sujets sociaux et esthétiques, techniques et économiques.

Parallèlement à ces JEIME, afin d’investir et développer solidairement et internationalement la diffusion d’œuvres dans différents pays, image inversée de la fonction du Festival lieu de convergence internationale, fut constitué en 1977 le CIME – “Circuit International de musique Electroacoustique“ faisant tourner dans les pays la série de programmations de chacun des autres pays (dans un premier temps Belgique, Québec, France, Hongrie,  Suède, USA, Yougoslavie).

En développement et structuration de la dynamique ainsi engendrée et afin d’affirmer et d’amplifier les modes et faisabilités d’intervention des studios de création par le biais d’une  jonction solidaire respectant leurs diverses spécificités, C. Clozier proposa lors du Festival Bourges 1981, la formation d’une organisation internationale confédérale, la C.I.M.E., “Confédération Internationale de Musique Electroacoustique“.

Les politiques de diffusion et de collégialité du Circuit CIME furent transférées au sein de la CIME, Confédération naissante. Participèrent activement à cette fondation J. Appleton, F. Barrière, G. Bennett, L.G. Bodin, P. Boeswillwald, H. Davies, L. Goethals, S. Hanson, D. Keane, Ph. Ménard, Z. Pongracz, B. Truax qui initièrent les Fédérations nationales dans leur pays, ainsi que J.C. Risset et M Subotnick.

C. Clozier ayant approché l’UNESCO depuis quelques années (en fait 1975) via la Commission française et le CIM – OIM de l’UNESCO (au masculin cette fois et sans e), c’est à dire le “Conseil International de la Musique“, des discussions furent alors conduites afin d’établir un lien avec ce dernier. A cette époque, la seule organisation consacrée à la musique contemporaine était l’ISMC. Celle-ci, bien que peu ouverte sinon fermée à la musique électroacoustique, souhaitait ardemment conserver ce qu’elle estimait son monopole. Un nouveau président, Siegfried Palm, assisté de Sten Hanson, après quelques réunions, convint, lui, naturellement de la complémentarité qui pouvait naitre entre l’ISMC et la CIME. Il retira le veto antérieur et le secrétaire général du CIM, Niels Wallin, pût présenter la candidature de la CIME à l’assemblée générale 1983 de Stockholm.

La C.I.M.E. est alors devenue la 18e Organisation Internationale Membre (O.I.M.) du Conseil International de la Musique/CIM-UNESCO.

Après de nouvelles discussions menées entre Christian Clozier et Guy Huot, alors Secrétaire général du CIM, la CIME créa en 1984, co-produisit et co-présida avec le CIM chaque deux années, la TIME, “ Tribune Internationale de Musique Electroacoustique“ dont le jury regroupait des producteurs de radio, puis des délégués des Fédérations, assurant ainsi aux lauréats une radiodiffusion internationale importante.

La dernière eut lieu en 2007 à Lisbonne, le CIM, dont la subvention de l’UNESCO était en baisse, retirant sa prise en charge financière.

(Le CIM organisait seul depuis 1947 une “ Tribune Internationale des compositeurs/TIC “ avec un certain nombre de radios dans le monde et une participation avec l’ISMC, tribune évidemment dans laquelle l’esthétique électroacoustique était résolument absente. La CIME créée et reconnue proposa immédiatement une tribune électroacoustique dotée de son propre règlement)

Aujourd’hui

La CIME après quoi poursuivit son histoire, dont les Membres d’Honneur aujourd’hui disparus, furent au fil de ces années :

Juan Blanco,  John Cage, Ot­to Lue­ning, Max Ma­thews, Josef Patkowski, Pierre Schaef­fer, Léon The­re­min, Vla­di­mir Us­sa­chevs­ky, Ian­nis Xe­na­kis

Et demeurent aujourd’hui :

Francis Dhomont, Beatriz Ferreyra, John Chowning, Pierre Henry, Gott­fried M. Koe­nig, Francico Kröpfl.

Au long de son parcours, des Fédérations se créèrent, d’autres disparurent ou se renouvelèrent.

Son développement fut initié par ses AG annuelles, ses Bureau et ses Présidents: Françoise

Barrière, José Manuel Berenguer, Christian Clozier et Sten Hanson, (aujourd’hui Présidents

d’honneur) et Marek Choloniewski, actuel Président.

www.cime-icem.net

email: cime.icem@gmail.com